la compagnie
L'équipe

 



L'EQUIPE

de gauche à droite :
Laurent Provots, Maude Buinoud, Didier Lagana, Céline Greleau


Nicole Yanni
Metteur en scène et responsable artistique


Comme chacun d'entre nous (ou presque), je suis née entre mon père et ma mère mais aussi entre deux cultures. Petite, j'adorais en mathématique les cercles A et B mais plus encore le C que nous devions hachurer comme compris par A et par B. Cet entre-deux, je l'ai longtemps senti comme une déchirure, une impossibilité d'appartenir : je n'étais ni ça ni même ceci.

Le premier personnage de théâtre, je l'ai nencontré à 14 ans c'était Lucky de En attendant Godot de Samuel Beckett. Ni tout à fait homme ni tout à fait animal, il parlait de manière décousue, il dansait, il s'exhibait dans sa confusion, mais l'acteur le portait devant lui et ne se confondait pas ; il y avait l'homme et le personnage + I'espace entre eux dans lequel mon imaginaine pouvait trouver sa place. Ce fut pour moi un spectacle initiatique qui me bouleversa de joie.

 
    Depuis, par le théâtre, mais aussi dans ma vie, cet entre-deux qui me tourmentait est devenue une terre dans laquelle je me sens libre, car non engoncée dans un costume trop identitaire et donc forcément serré. Des choses prises de chaque côté se frottent et résonnent; parfois c'esl douloureux, parfois c'est jouissif, toujours c'esl créatif, parce que ça apporte le questionnement et ça donne envie de transformer.

L'entre-deux, pour moi, ce n'est pas une ligne, une frontière, mais au contraire un espace, et j'y habite. Ce n'est pas toujours très confortable car il doit être doux d'appartenir pleinement.

 
 

Laurent PROVOTS
comédien


Après une Licence option Spectacle Vivant, Laurent s'est dirigé sur de nombreuses formations en théâtre et danse. ll a joué avec J.C Herbette, Nathalie Chemelny. ll a travaillé sur un texte de Paul Auster {Laurel et Hardy vont au paradis), Stig Dagerman (Notre besoin de consolation est impossible à rassasier), Maurice Blancho,Serge Valetti.
ll a égalemenl participé à des chorégraphies de Sabine De Vivies et William Petit.
 
   

Didier LAGANA
comédien


De 1999, à 2005, il est membre de l'équipe des comédiens intermittents réguliers au Théâtre du Petit Matin, où il donne des cours aux enfants et adolescents. ll participe aussi aux Cafés Liftéraires et aux lectures faites au TPM, notammenl l'opération Mots à l'air, lectures poétiques dans les Calanques. ll a travaillé comme assistant à la mise en scène de Nicole Yanni sur l'Excès l'usine (1995), Les Bordels Heureux (2000) et a été comédien sun Les Plis et Déplis du Bonheur (2001) , au Théâtre des Bernardines.
ll a également joué dans l'Annonce faite à Marie, de Claudel à Montpellier en 2000, dans L'eventail de Goldoni en 2004, dans Douze hommes en colère, de R. Rose (Compagnie Pourquoi pas les Thélémites). En 2006 dans le Complexe du Dindon, d'après George Feydeau (compagnie Pourquoi pas)...
 
   

Maude BUINOUD
comédienne


Maude a travaillé avec le Théâtre de la Mezzanine dans les Champs d'Amour (théâtre sans parole]. A Marseiile, elle participe au projet Boudin Rouge de L'Art de Vivre, Trace l'Espece de Nanouck Broche et s'investit particulièrement dans les créations du collectif TlF. En parallèle, elle a suivi un stage de Jean-Claude Cotillard sur le Burlesque et a participé à la formation d'Eva DOUMBIA "L'acteur source du texte" de Marseille à Ouagadougou.
 


 

Céline GRELEAU
comédienne


Elle joue principalement pour le théâtre d'auteur. Le Jaberwock, spectacle de rue, mise en scène de Michel Crespin et sur Arlequin Poli Par l'Amour, de Marivaux, mise en scène de Nicole Yanni. Puis avec Mathieu Cipriani, ensuite avec Armel Roussel, elle jouera dans L'Eveil du Printemps, de Frank Wedekind et Le Songe d'une Nuit d'été de W. Shakespeane, mise en scène de Michel Dezoteux. Puis ce sera les Amantes de Elfriede Jelineck mise en scène V. Strub. Trace I'espèce, textes de N. Quintanne, E. Glissant, A. Ba et l. Konate, mise en scène de Nanouck Broche et suivra l'expérimentation La déambulation hasardeuse de la mouche qui se cagne au mur par la Compagnie "Cela ne finira jamais", sous la dinection de Nicole Yanni...
 
   

Lionel Ginoux
compositeur


Premier prix de composition en 2004 au CNR de Marseille, Lionel écrit pour ensemble instrumental, choeur, soliste... et travaille régulièrement avec Joël Versavaud [saxophonistel, Pierre-Anaël Hébert (clarinettiste), Sébastien Boin (chef d'orchestre)... ll compose régulièrement de la musique de scène comme avec le Groupe Merci, sur le spectacle Européana, une brève histoire de XXème siècle : Solange Oswald (mise en scène) et Joël Fesel (scénographe).
Ses préoccupations musicales reflètent sa formalion artistique : son langage s'élabore dans la continuité des musiques savantes du XXème siècle avec un regard sur les musiques populaires et le jazz. En classe de composition et d'écriture classique, il se passionne pour l'architecture musicale, la forme et le développement. L'improvisation aiguise son intérêt pour I'expérimentation sonore et instrumentale. Son travail de monteur son lui apporte un regard différent sur I'utilisation des sons naturels qui enrichissent ses compositions instrumentales.
 
   


Pierre-Yves Lohier dit Pierre Zach
Lumières


Formé à l'école du TNS, il s'établit à Paris en 1975 et intègre le Théâtre de l'Aquarium à la cartoucherie de Vincennes. ll règle les lumières de quatre spectacles du collectif où il rencontre Jacques Nichet, Didier Bezace et Jean-Louis Benoit. A partir de 1980, il mène une carrière d'éclairagiste indépendant qui le fera collaborer à de nombreux spectacles mis en scène par : Elizabeth Maccoco, Bruno Boeglin, Bernard Bloch, Chnistian Schiaretti, Michel Bougenah, Michèle Oppenot, Christian Rist, Clyde Chabot, Hélène Ninérola, Jean- Claude Giraudon, Madeleine Louarn, Ricando Pais, Yves Fravéga, Fred Personne, Caroline Obin, ... Au début des années 80, il travaille avec Sidonie Rochon, Régis Obadia et Joëlle Bouvier, Charlotte Delaporte et Xavier Timmel. Sa rencontre avec Catherine Diverres sera déterminante. ll signera les lumières de ses spectacles pendant une dizaine d'années.

Parallèlement à son travail d'éclairagiste, il a dirigé avec Hélène Ninérola une compagnie de théâtre - CARCARA - et mis en scène plusieurs spectacles qui ont connu des fortunes diverses. lnstallé à Marseille depuis 1997, il change de nom et entame une nouvelle carrière sous le pseudo de Pierre Zach. De ses dernières renconlres sont à retenir les lumières de Journal d'inquiétude de Thierry Baë avec qui il prolonge un compagnonnage de plusieurs années avec Thierry Baë a disparu et Tout ceci n'est pas vrai, présenté au Théâtre National de Chaillot.

ll vient de signer les lumières de Comédy de Nasser Martin-Gousset au Festival de Montpellier et au Théâtre de la Ville à la rentrée. ll éclaire également depuis de nombreuses années les récitals de la chanteuse et comédienne Ingnid Caven. Pour Pierre Zach, il ne s'agit pas de montrer un "savoir-faire" mais de trouver un "grain" de lumière, une substance qui puisse entrer en résonance avec le projet du maître d'oeuvre, sa dramaturgie et sa poésie, la règle et son exception.

 
   

Vincent Arnaud
vidéaste réalisateur


Cinéaste, réalisateur de fictions courtes (tournées soit en 16mm noir et blanc, soit en couleurs et en vidéo) et de documentaires, il est aussi photographe. De formation, il est opérateur de prise de vue, c'est-à-dire que son métier d'origine consiste à mettre en forme l'imaginaire d'un auteur.
ll s'agit de comprendre, interpréter sa vision pour créer un univers visuel cohérent en adéquation avec les volontés de l'auteur.